LA NUIT AMERICAINE


 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le grand sommeil (1946)

Aller en bas 
AuteurMessage
davydeush
Administrateur du forum
Administrateur du forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 574
Age : 30
Localisation : Rennes City
Profession : Réalisateur - Monteur - Manager
Loisirs : Tous les arts
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Le grand sommeil (1946)   Sam 1 Déc - 19:50



Manifeste du film noir, à l'égal du Faucon maltais, mais cette fois, au lieu de l'inspecteur Sam Spade, nous avons à faire à Philip Marlowe, mais c'est toujours Humphrey Bogart qui endosse le rôle, et nous retrouverons en sa compagnie sa femme dans la vie, en la personne de Lauren Bacall, qui depuis Le port de l'angoisse deux ans plus tôt ne la quitte plus.

Du coup, on plonge dans l'univers de Raymond Chandler, plein d'ambiguité, et chose qui se faisait pour ces films aux contre-jour prononcés (on note le rapprochement avec l'expressionnisme; d'ailleurs il est à noter que nombreux sont ceux qui se sont exportés durant la guère, opérateurs, réalisateurs, acteurs...), l'auteur lui-même participe à l'élaboration du scénario, et modifie son roman pour servir la mise en scène d'Howard Hawks, réalisateur aussi de comédies telles que La dame du vendredi, avec Cary Grant, ou bien plus tard du mythique western Rio Bravo.

Ce film, on est pris dedans, on suit l'enquête de l'inspecteur qui patauge : où est le crime, où sont les méchants, y'a t-il eu quelque chose au fond ? N'est-ce pas là l'occasion de retrouver des seconds rôles truculents, qui, à l'instar du western contribuaient à la richesse d'un film, et qui là se retrouvent incarnés par Elisha Cook Jr., déjà présent dans Le faucon maltais, ou bien Dorothy Malone (souvent ce sont des hommes, mais il est à noter sa présence, elle qui apprends-je à jouer ultimement dans Basic Instinct en 1992 : elle devait plus avoir toutes ses dents Laughing; mais c'est surtout l'actrice d'Ecrit sur du vent, mélo sublime de Douglas Sirk).


Elisha Cook Jr. (de face) et Humphrey Bogart dans Le Grand sommeil


C'est un film incontournable du cinéma, vous ne perdrez pas votre temps en vous y arrêtant, croyez moi, en plus il y a Max Steiner à la musique, qui est aussi l'auteur des scores de King Kong, version 33, de Casablanca (1942) et Autant en emporte le vent, rien que ça Very Happy


P.S. : il est à noter qu'il eu un remake du Grand sommeil, réalisé par Michael Winner en 1978, avec dans le rôle principal le grand Robert Mitchum, qui avait, quelque peu, il faut le dire, perdu l'allure qdont il pouvait être fier au temps de La nuit du chasseur... quoique !

_________________
mon blog ciné~~...~~mes vidéos

« Le réalisateur filme sa comédienne, qui s’approche de plus en plus de la caméra, illuminant l’écran, et par un mystère comme il en arrive qu’un en sa vie, tout artifice disparaît : se retrouvant seuls sur la scène, ils n’ont d’autres choix que de s’embrasser… au lieu de se regarder sans rien faire… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://davydeush.blog4ever.com/
mathieu
A la quête du Saint-Graal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 82
Age : 32
Localisation : Paris
Profession : étudiant
Loisirs : cinéma, lecture
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Le grand sommeil (1946)   Lun 21 Jan - 20:54

on trouve également dans le remake de 1978 James Stewart dans le rôle du père...

Mais revenons à la version de référence, celle de 1946. Mais est-ce bien la version originale?

Eh bien oui et non. En fait le film a été tourné extrêmement tôt : en 1944/1945.
Pourquoi une telle différence de temps entre le tournage et la sortie?

Eh bien parce qu'entre temps, le réalisateur avec l'appui des producteurs, a décidé de tourner de nouvelles scènes et d'en modifier d'autres.
Pourquoi?

La raison est qu' entre temps est sorti le film Confidential Agent pour lequel Lauren Bacall a reçu de très mauvaises critiques. Or pour sauver sa carrière, les producteurs (qui avaient également Lauren Bacall sous contrat) décidèrent d' ajouter de nouvelles scènes à la première version du grand sommeil, scènes où comme c'était le cas pour Le Port de l'angoisse, Bacall et Bogie auraient droit à des répliques plus incisives que dans le script original. Une des scènes ajoutées est celle où ils discutent de la course de chevaux, du fait de tenir la distance.... (tout le monde a compris Smile ). Il faut ajouter que près d'un an (!) s'est déroulé quand Bacall et Bogie tournent ces nouvelles scènes et qu'entre temps ils se sont mariés...
Parmi les scènes supprimées, il y a notamment une réunion de Bogie avec d'autres inspecteurs dans le bureau du procureur).

J'ai eu la chance de voir la version originale (de 1945 donc) à la cinémathèque suivi d'un documentaire expliquant tous les changements intervenus entre les deux versions).

On peut remercier les producteurs d'avoir convaincu H. Hawks de tourner ces nouvelles scènes qui font du Grand Sommeil un pur chef d'oeuvre du film noir.
Pour une fois que les producteurs interviennent dans le bon sens!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
davydeush
Administrateur du forum
Administrateur du forum
avatar

Masculin
Nombre de messages : 574
Age : 30
Localisation : Rennes City
Profession : Réalisateur - Monteur - Manager
Loisirs : Tous les arts
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: Le grand sommeil (1946)   Lun 21 Jan - 21:22

affraid j'aurai trop voulu voir cette version ! Il faut vraiment que j'emménage à Paris et que je réussisse le concours de la Fémis.

Bon ceci étant dit, revenons au sujet. Il est vrai que la popularité de Bogart a joué pour beaucoup dans la concrétisation du film, car Bacall, sans Bogie, il faut le dire, a tourné peu de bons films, et une fois son mari parti, et bien, sa carrière fut comme brisée.


Le grand sommeil est certes un Grand Film Noir, et tout comme Le faucon maltais dont on n'a pas forcément toutes les clés de l'intrigue, c'est cela la force du genre : laissez une part de mystère lorsque s'abaisse le rideau...

_________________
mon blog ciné~~...~~mes vidéos

« Le réalisateur filme sa comédienne, qui s’approche de plus en plus de la caméra, illuminant l’écran, et par un mystère comme il en arrive qu’un en sa vie, tout artifice disparaît : se retrouvant seuls sur la scène, ils n’ont d’autres choix que de s’embrasser… au lieu de se regarder sans rien faire… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://davydeush.blog4ever.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le grand sommeil (1946)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand sommeil (1946)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROMANS ET LIVRES POLICIERS
» Les scènes de librairies et de bibliothèques au cinéma!
» [Barjavel, René] Le grand secret
» Pierre Clostermann : Le grand cirque
» transport carton a dessin grand format

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA NUIT AMERICAINE :: VOTRE AVIS :: FILMS :: THRILLER/ POLAR/ SUSPENSE-
Sauter vers: